Les Îles Marshall face au défi des cryptomonnaies : à quoi sert une DAO ?

Les cryptomonnaies rebattent les cartes de la finance, mais pas seulement ! En effet, au delà des principales cryptos, de la finance décentralisée (DeFi) ou encore des désormais célèbres NFT, de nombreuses applications de ces nouvelles technologies financières pourraient bien modifier en profondeur nos habitudes. Et si les cryptomonnaies et les blockchains permettaient de faire naître un nouveau modèle de société, plus inclusif et direct ? Découvrons ensemble le principe de l’organisation décentralisée autonome (appelée DAO, pour Decentralized Autonomous Organization).


Les DAO, qu’est-ce que c’est, et qu’est-ce que ça change pour un entrepreneur désireux de se lancer dans le grand bain des cryptomonnaies ? On fait le point !


Définition d’une DAO : les Decentralized Autonomous Organizations, futur de l’entrepreneuriat ?


Une DAO est une Decentralized Autonomous Organization, autrement dit une organisation décentralisée autonome : dans les faits, les règles de gouvernance d’une telle organisation sont entièrement automatisées, à la différence du fonctionnement classique d’une entreprise normale. Dans une DAO, le fonctionnement au quotidien ne demande en principe aucune intervention humaine.


Au lieu de laisser la gestion de ces sociétés du futur à des associés ou à des institutions représentatives de salariés, les DAO permettent à n’importe qui de participer, sans barrière financière minimum pour participer, sans compte bancaire à ouvrir et sans devoir nécessairement être un salarié de ces sociétés... le tout sans demander l’autorisation à personne.


En effet, une organisation décentralisée autonome ne fonctionne pas grâce à un ensemble de lois, et sur la base d’une énorme paperasse administrative : non, une DAO dépasse ces limites pour fonctionner automatiquement, grâce à des programmes informatiques et des lignes de code.



Les différentes règles de fonctionnement d’une DAO sont inscrites dans une blockchain, immuables et transparentes. A l’origine, les premières DAO ont émergé sur la blockchain Ethereum (ETH), mais elles ont depuis essaimé sur de nombreuses autres blockchains, à l’image de Solana (SOL), Avalanche (AVAX), ou encore Terra Luna (LUNA) ou la blockchain BNB (ex-Binance Smart Chain).


Les détenteurs de la cryptomonnaie d’une DAO donnée participent aux prises de décision de la DAO, conférant aux jetons crypto un pouvoir similaire aux actions détenues par l’associé d’une société classique.


Dans les faits, à l’inverse d’une société classique, une DAO a d’office une portée internationale, ne connaît pas de frontières, et elle est résistante à la censure car tant que la blockchain fonctionne rien ni personne ne peut l’empêcher de fonctionner aussi.


Mais si les DAO promettent de disrupter les repères de l'entrepreneuriat, ils attirent aussi l’attention des gouvernements et des régulateurs du monde entier. Et à ce jeu-là, les îles du Pacifique ne manquent pas d’atout et de volonté politique : saviez-vous que les Îles Marshall avaient de nombreux projets dans les cartons ?


Les initiatives crypto des Îles Marshall


Les Îles Marshall font partie des quelques nations qui tentent de se placer à l'avant-garde de l’innovation des cryptomonnaies. Rappelez-vous : déjà, en 2019, le pays officialisait son projet de cryptomonnaie nationale, appelée le Sovereign (SOV). L’objectif : parvenir à se distancier de son envahissant partenaire américain, les USA et leur dollar maintenant une lourde chape sur les forces vives de la micro-nation.


Depuis, le projet avance et le gouvernement local communique à l’occasion. Un des objectifs majeurs de la cryptomonnaie nationale SOV est le suivant : libérer le potentiel des Îles Marshall, notamment en révolutionnant les transferts monétaires entre les locaux et leur diaspora particulièrement installée aux Etats-Unis.


Au programme donc, une réduction conséquente des frais de transfert, jusqu’ici lourdement accaparés par les géants du paiement transfrontalier que sont MoneyGram ou Wells Fargo.


Sur le plan purement intérieur, le SOV doit aussi permettre aux Îles Marshall de fonctionner enfin sur une véritable monnaie solide, et non pas ouvertement inflationniste comme l’est le dollar.


Les Îles Marshall face aux DAO


Et les Îles Marshall pourraient bien servir de modèle aux autres nations du Pacifique : ne comptant pas se limiter à un rôle d’observateur passif, le gouvernement local a pris position sur les DAO en février 2022. La République a ainsi fait passer une loi permettant aux DAO de se constituer en sociétés légales. L’objectif annoncé : offrir à ces nouvelles organisations un cadre légal stable et efficace afin qu’elles se structurent sur place, donnant à l’Etat de Micronésie l’occasion de profiter d’un filon unique pour son futur.

Cette intégration unique intègrera pleinement cette nouvelle révolution permise par les cryptomonnaies au sein d’un écosystème florissant qui pourrait placer les Îles Marshall sous les feux des projecteurs de l’innovation.


Vous l’aurez compris, les DAO ont un potentiel énorme et, à la manière de la finance décentralisée, elles pourraient à terme chambouler les repères de nos organisations quotidiennes : dans le futur, les associations ou les entreprises pourraient bien s’inspirer sensiblement du modèle des organisations autonomes décentralisées… voire même suivre leurs préceptes et fonctionner directement sur blockchain, qui sait ! Et si les Îles Marshall l’ont fait, serait-on vraiment étonnés d’apprendre dans les prochains mois que la Polynésie française cherche aussi à se positionner sur ce créneau d’avenir ?

197 vues

Posts récents

Voir tout
Logo-BL-Horizontal-negative-V1.png